La suite de l’action du manifeste Pas de justice, pas de paix #jenaipasportéplainte

Voilà, après deux semaines, nous avons décidé de laisser vivre le hashtag twitter #jenaipasportéplainte. De nouveaux tweets ont été reçus, en tout, nous savons que nous avons eu plus de 500 témoignages. Nous avons tout fait pour reprendre le maximum de tweets, sans tri particulier.

Il est néanmoins certain qu’étant donné les caractéristiques de l’outil twitter, nous en avons laissé passé quelques uns, peut-être beaucoup. Ainsi, nous avons été trop optimistes en disant que nous publiions « tous les tweets ».

Nous arrêtons de copier-coller les tweets recensés sur twitter, parce que nous voulons maintenant passer à l’étape suivant de notre campagne : interpeller les politiques et les institutions de notre pays sur les principaux enseignements de votre participation, de l’oeuvre collective que vous avez créée. Désormais, avec des centaines de témoignages de très nombreuse victimes, le message politique qui est le notre et celui des mouvements féministes depuis des décennies ne peut plus être contesté. Nous allons leur dire : le viol est un crime massif, grave, aux conséquences dévastatrices, qui reste tabou, les victimes sont abandonnées par la socitété et ce sont vos témoignages qui en seront la preuve, l’évidence.

Il ne sera plus possible de dire que ce sont des cas isolés, que ce sont les victimes les coupables. Vos tweets seront toujours opposables.

Pour que votre parole soit la mieux respectée, nous vous proposons, si vous avez le sentiment que votre témoignage n’a pas été repris (non par le fruit d’une volonté délibérée mais parce qu’il nous a échappé), de nous l’envoyer jusqu’au 13 avril EXCLUSIVEMENT à l’adresse pasdjusticepasdpaix@gmail.com.

Nous prendrons le temps de tous les recueillir et les mettre dans la page des #jenaipasportéplainte. Merci pour cela de nous en envoyer en quantité limitée, et de respecter la forme twitter (140 signes maximum), afin que nous puissions au mieux retransmettre votre parole. Ils ne seront peut-être pas tous tout de suite en ligne, mais nous espérons que fin avril ce sera le cas. Nous vous tiendrons au courant.*

Par ailleurs, nous savons que libérer sa parole, dire des choses si grave, n’est pas sans conséquences. Nous vous rappelons que pour prolonger cette parole, vous pouvez vous tourner vers des professionnelles de l’écoute et de l’accompagnement (voir photo ci jointe).

De notre côté, une fois vos témoignages compilés, tous anonymement, nous nous concentrerons sur les suites politiques, sur le plaidoyer nécessaire pour continuer l’action et la porter à un cran supérieur.

Encore merci à toutes et tous pour votre courage, à toutes celles et ceux qui ont relayé notre campagne, et nous ne lâcherons rien !

Manifeste Pas de justice, pas de paix

*si vous avez l’impression que votre tweet n’a pas été pris en compte et ne le retrouvez pas sur twitter, vous pouvez utiliser l’outil snapbird.org.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La suite de l’action du manifeste Pas de justice, pas de paix #jenaipasportéplainte

  1. sandrine70 dit :

    Reblogged this on A dire d'elles and commented:
    PJP, #jenaipasportéplainte, la suite !

  2. tangakamanu dit :

    Le pouvoir ne supporte pas la résistance, l’indépendance, la liberté.
    Lorsque le récit s’organise apparemment autour de l’intrigue, c’est la même logique de victime que suit l’auteur : la culpabilité ressassée, l’intériorité morbide cultivée, la révolte toujours avortée par l’impuissance, ce fruit vénéneux de l’intimidation qui fait la condition de victime. Tout a été mis en place par le VIOL.
    (Analyse de « Les chemins de l’aurore » de VK, par Fr.Lavachery Tazieff)

  3. M dit :

    Merci énormément pour votre action.
    Merci d’exister.

  4. binka dit :

    MERCI !!
    le combat continue
    (re)commence
    se transforme ….
    les « oreilles bouchées par conspiration » [cf. le film de Carole ROUSSOPOULOS] que nous devons déciller ne sont pas virtuelles, elles appartiennent à des hommes de pouvoir réels, policiers, avocats, magistrats, le conjoint …. Les victimes se sont exprimées, et il reste encore tout un peuple muet … à nous toutes de nous organiser : bien-veillance et vigilance auprès des femmes autour de nous, pétitions ; à court terme, vote guidé par les intérêts de classe des femmes, etc. ….

    Quant aux véritables complices de ce silence mortel, tous ces hommes qui partout célèbrent leur force légendaire, leurs muscles destructeurs, pour nous faire peur et nous ranger leur côté « protecteur », eh bien qu’ils fassent pour une fois usage de cette force légendaire** autrement que pour obtenir des victoires faciles, face à des désarmées qu’ils ont menacées… Qu’ils s’organisent contre nos persécuteurs :
    – contre eux-mêmes ! Qu’ils se freinent dans tous leurs actes prétendus « impulsifs » – sinon on les mettra sous tutelle, ces irresponsables de saccages sexistes en série …. messieurs, abstenez-vous de vous faire plaisir à nos dépens, cessez de vous défouler sur nous quand vous vous dites stressés, cessez de faire de l’humour dès qu’il vous vient d’instaurer votre fierté, cessez d’insister juste pour triompher, cessez de régner par les regards, les mots ou votre silence dès que vous n’obtenez pas satisfaction ou que vous ne vous sentez pas au centre de l’attention, cessez de forcer la voix, gesticuler ou avancer la main pour asséner vos exigences ….
    – contre le copain, le frère, le père … tous ces complices de troisième mi-temps, qui multiplient les round sexistes où ils « cassent de la femme » : devant un film de porno à s’exciter de nous insulter, à humilier la copine en partageant ce qu’il « lui ont fait » au lit, à se venter d’avoir remis à sa place une qui a voulu « faire sa maligne » ….
    – contre le supérieur, le policier, le propriétaire, le fonctionnaire …. tous ces agents de l’ordre patriarcal qui utilisent leurs armes viriles pour affûter comme hache leurs épées statutaires.
    en un mot : Cessez-le feu !
    C’est seulement dans ces engagements concrets, au quotidien, qu’ils pourront démontrer qu’ils sont réellement aimables et désirables, sans danger pour nous ! Ensuite ils pourront s’organiser contre les industries d’abattage des femmes qui leur servent au quotidien des femmes à utiliser, sur papier, dans les films, au coin de la rue ou dans des bordels : une manifestation d’hommes contre cette culture industrielle de viol, ça nous aiderait, bien plus que leurs conseils paternalistes sur nos vêtements ou sur la physiologie masculine !

    Nous avons le droit d’exiger celà. Maintenant ! Partout ! Au quotidien, autour de nous.

    Nous avons le droit d’agir sur nos vies en les arrêtant quand ils veulent en prendre le contrôle – affectif, idéologique, matériel ou physique.
    b.

    ** [ cf. Andrea Dworkin, allocution : http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/WarZoneChaptIIIE.html ]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s